Weeks after weeks

L’emploi du temps n’est jamais le même. D’ailleurs, la fac adore rajouter des cours la veille au soir. En tout cas, soit on a des journées trop chargées (8h-20h non stop), soit on a rien du tout.

Malgré tout, je n’ai pas le temps de m’ennuyer. Avoir un emploi du temps chargé m’aide à positiver. Super méga paradoxe, non ? En fait, plus j’ai de choses de prévu, moins mes pensées s’égarent vers des idées noires.

Quand on est étudiant, les idées noires c’est notre fort. On est des petits cons prétentieux et égoïstes qui pensent être les plus malheureux du monde, c’est bien connu. Mais vous savez quoi ? Se retrouver seul dans un appart la nuit, manger seul, dormir seul, c’est pesant. L’homme est un loup pour l’homme, mais pourtant l’homme ne peut se passer d’autrui.

Le langage n’a pas lieu d’être si nous sommes seul. Or, sans langage, pas de divertissement, pas de défouloir, pas de moyen d’exprimer notre solitude. Alors sortez, chargez vos emplois du temps (sans trop en faire non plus, le burn out n’est pas irréel).

Certains diront que ceci est se conformer à une société vivant à cent à l’heure. Peut-être. Je ne sais pas. En tout cas, ma recette du bonheur, c’est de bouger. D’accomplir. De vivre.

Publicités
Weeks after weeks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s